Point actualités nationales : Temps de travail des internes

 

Le temps de travail des internes, où en sommes - nous ? nouvel épisode !

Vous avez été nombreux à signer la pétition « Temps de travail » lancée par nos représentants (ISNI, FNSIP-BM,SNIO et SNJMG) => http://petition.isni.fr

Un bref rappel des positions de notre Inter Syndicat quant à la mise en conformité du droit français concernant le temps de travail des internes :

• Le passage de 11 à 10 demi-journées de travail hebdomadaires du lundi matin au vendredi soir, la journée de samedi compterait comme une garde

• La sacralisation des 2 demi-journées de formation comptées comme du temps de travail

• La rémunération de toute demi-journée de travail supplémentaire

• La révision du statut de l’astreinte opérationnelle des internes

• La possibilité de sanctions contre les établissements de santé ne respectant pas les droits des internes

A la suite de la procédure de sanction engagée par la Commission Européenne à l’encontre de la France, le Ministère de la Santé nous propose :

• passage à 10 demi-journées de travail du lundi matin au samedi midi, le samedi matin reste une obligation de service normal (mais du lundi matin au samedi matin ça fait toujours 11 demi journées …)

• 1 demi-journée de formation universitaire comptée dans les obligations de service

• Le tout ne pouvant « excéder quarante-huit heures »

• possibilité de prendre 1 demi journée de formation personnelle mais en dehors des obligations de service et donc non comptée comme du temps de travail

• réalisation de tableaux de services nominatifs mensuels visés par le coordonateur du DES (!!) mais pas de procédure de sanction prévue si les 48h hebdomadaires maximales ne sont pas respectées 

• rien sur le décompte des astreintes

• Une nouvelle pépite : 15 min de pause par demi journée (si si ils ont osés !)

L’ISNI a claqué la porte du Ministère le 16 octobre dernier et déposé le lendemain un préavis de grève national pour la journée du 17 novembre prochain : nous ne pouvons plus laisser passer, les négociations durent depuis 1 an…il est tant de faire monter la pression pour obtenir à défaut d’une réelle réduction du temps de travail une reconnaissance financière du travail accompli !

AG extraordinaire du SILR le mercredi 12 novembre à 20 h (lieu communiqué ultérieurement) pour décider de rejoindre le mouvement de grève qui s’annonce ou non : venez nombreux !

La revue des internes 2015

 

La Revue des internes 2015 approche à grand pas, tu peux d'ores et déjà noter la date dans ton agenda : il s'agira du samedi 7 février 2015, au Corum de Montpellier.
 
Pour que la fête soit totale, et pour que chaque futur agrégé puisse être fêté comme il se doit, nous allons avoir besoin de la participation de ceux qui le désirent pour participer au spectacle rendant hommage aux futurs PUPH.
 
Pour cela, rien de plus simple : un mail à nos charmantes secrétaires de l'UNILR pour dire que tu es intéressé et nous te recontacterons très rapidement pour organiser les festivités.
 
Si tu as l'âme d'un Patrick Sébastien, d'une Claudette ou d'un Molière en herbe et si tu te sens prêt à affronter la foule en délire du Corum, nous t'attendons avec impatience!

Histoire de l'internat : La Revue

 

La « revue » est une tradition ancienne de l’internat qui remonte au début du XXème siècle. La première, intitulée, « la Delpech Revue » fut organisée en 1908 à l’occasion du vingt cinquième anniversaire de l’association des anciens internes des hôpitaux de Montpellier fondée en 1883. Il s’agissait d’une pièce de théâtre dans laquelle la statue du professeur Delpech, réveillée par le chant des internes « les adieux de l’interne », allait se mêler à eux pour une folle nuit. Il s’agissait d’une pièce de circonstance faisant la satire de la vie politique et hospitalière de l’époque et qui prenait soin d’égratigner au passage l’administration qui venait de s’en prendre violemment à l’internat en décidant l’«extériorisation". Il faudra attendre 1934 pour voir jouer une seconde édition de la « Revue » à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’association. Ce n’est finalement qu’à partir de 1952 que la Revue sera jouée annuellement jusqu’en 2000 (sauf en 1984) puis, en raison du travail de préparation très important que l’organisation de celle-ci implique, seulement tous les deux ans en alternance avec un simple bal. Les figures de la médecine montpelliéraine sont ainsi « chantées », pastichées avec plus ou moins de causticité par leurs jeunes confrères. C’est l’occasion pour les plus jeunes de rappeler à leurs aînés leurs origines et de stigmatiser avec irrévérence et malice, parfois même avec un brin de cruauté, leurs travers physiques, leur traits de caractère, leur ambition voire même leurs aventures sexuelles. Parfois, c’est aussi l’actualité hospitalière ou politique qui est brocardée avec malice. Gaston Giraud, qui en fut l’une des victimes favorites de ces chansons, tout comme sa fille et son gendre le Professeur Barjon disait que « la revue associait la satire et le rire » et se faisait « à fleurets mouchetés ». Partageant cette analyse à la fois tendre et belliqueuse, Luc Marty dira que la revue se faisait « baïonnette au canon ». Un comité de censure autoproclamé a toutefois existé et certains textes, jugés non conformes à l’esprit de l’Internat, furent amendés. Heureusement ce temps est révolu, et vous serez libres de vos créations pour l’édition 2015.