Sète

Sete
 

13 à 15 internes 

Sis au pied du Mont Saint-Clair, dominant le Bassin de Thau et ses fameux parcs à moules (-Non, à huîtres. –T’es sûr ? – Sûr. –Dommage.) et ses fameux parcs à huîtres, le CHIBT jouit d’une situation idéale si vous avez besoin de passer à Auchan rapport à que c’est juste en face.

Il s’agit d’un hôpital à dimension humaine où vous aurez tôt fait de connaître, ou du moins reconnaître tous les praticiens.

Il accueille une quinzaine d’internes chaque semestre répartis entre médecine, chirurgie, anesthésie, gynéco/pédia et urgences.

Sète est malheureusement trop près de Montpellier pour que l’administration se préoccupe de loger les internes. Il faut donc se manger les allers-retours ou, comme certains, prendre un appart à Sète. On raconte même que d’aucuns habiteraient Marseillan, mais bon tout de même il faut savoir raison garder.

Il existe toutefois, au sein de l’établissement, un lieu réservé aux médecins, que le Directeur tient absolument à nommer « Résidence médicale » parce qu’à l’Internat les murs sont tout salopés alors que dans une résidence médicale ils sont propres. Et de fait, les murs sont blancs et décorés de posters indigents à base de petit faon dans les bois.

Cet Internat comprend une dizaine de chambres de gardes où on peut dormir mais aussi baiser puisque les lits sont en 160 par 190 ce qui est peu commun et tout de même plus confort au niveau de la levrette claquée.

On y prend en outre les repas du soir avec ses co-internes (les bonnes barquettes des familles) devant la télé disposant de toutes les chaînes de la TNT ainsi que Canal plus ce qui permet, le premier samedi du mois, de lancer une conversation qui pourra éventuellement déraper (cf supra). Pour les autres soirs, un lecteur DVD permettra de pallier la pauvreté de la programmation. Par ailleurs, il y a une cuisine équipée de deux frigos, de plaques de cuisson, d’un micro-ondes et d’un lave-vaisselle, mais pour baiser, ça sert à rien.

Le reste du temps, ton principal défi consistera à t’occuper entre le repas du midi et la contre-visite. Tu trouveras alors à l’Internat : si tu aimes le ping-pong, une table de ping-pong, si tu aimes le baby-foot, un baby-foot, si tu n’aimes pas le billard, un billard dont les billes ont été perdues, et si tu aimes les jacuzzis remplis de putes en string, un jeu de fléchettes (rapport au budget).

Ce qui est emmerdant à Sète, c’est que le midi, on mange au self. Pas de blouse, pas de projection, pas de Ferraille, pas de roue. L’horreur. Il est donc plus compliqué d’organiser de vrais améliorés à l’Internat. Il est néanmoins possible (et fort sympathique) de réunir une dizaine d’internes et quelques PH un midi par semaine sur la terrasse de l’Internat autour d’une paire de quiches et d’un saladier de taboulé, que vous accompagnerez d’une bouteille de rosé (c’est dégueulasse mais quand y sort du frigo on sent rien).

Le Directeur, qui est malgré tout un bon bougre, nous laisse organiser des soirées à l’Internat. Leur fréquentation est variable (éviter de caler ça le soir de La Soirée Blanche) mais l’expérience a montré qu’il y avait moyen de foutre le feu. Comme partout, il suffit de ranger à la fin.

Bref, l’hôpital est sympa, l’Internat est sympa, mais n’oubliez pas que l’important, c’est ce que vous en ferez.

 

Le CH du Bassin de Thau Le CH du Bassin de Thau

 

Sète sur Wikipedia Sète sur Wikipedia

 

Photos de Sète sur Flickr Photos de Sète sur Flickr